Encore 50 morts par an sur la route pour le secteur du BTP

Grégoire Noble
Image
accident de la route camion matériaux

Malgré la crise sanitaire qui a limité les déplacements, la route reste trop dangereuse selon l'OPPBTP : les travailleurs du BTP, dans l’impossibilité de télétravailler, se trouvent particulièrement exposés. En 2019, plus de 50 personnes sont décédées au volant. L'organisme de prévention lance donc une campagne de communication sur le sujet.

Partager sur

Paul Duphil, secrétaire général de l’OPPBTP, fait remarquer : « En 2019, avant la pandémie, le risque routier était à l’origine de 51 accidents mortels dans le secteur Bâtiment-Travaux publics, dont 12 accidents mortels en mission et 39 accidents mortels de trajet, entre le domicile et le chantier. Ce qui en fait la 2e cause d’accidents grave ou mortels dans le BTP ».

Pourtant, les professionnels de la construction sont plutôt attentifs. Pour preuve, le nombre d’accidents de trajet avait nettement diminué tout au long de la dernière décennie, passant de plus de 7 500 en 2009 à moins de 5 200 en 2019. « La sinistralité est homogène entre petites et grandes entreprises. Mais il y a une sur-représentation des jeunes et des apprentis », souligne Paul Duphil. La route est donc un risque majeur à prendre en compte dans les plans de santé au travail et dans la prévention des accidents. Le secrétaire général de l’OPPBTP note : « La route fait partie du métier : on conduit des camions, des engins particuliers, on transporte des charges. Les travaux sur la voie publique exposent à la circulation… ». D’où l’idée d’une grande campagne de communication, déployée entre les mois de mai et juin, afin de « changer durablement les comportements pour atteindre le zéro risque routier ».

Repos, ceinture, attention aux angles morts...

S’appuyant sur des visuels colorés, elle évoque différents sujets comme la fatigue au volant, le port de la ceinture, l’arrimage des chargements ou encore l’usage du téléphone. Outre ces affiches, l’OPPBTP a également mis en ligne un site Internet dédié regroupant un ensemble de ressources afin d’engager les entreprises à agir via des supports d’animation, des quiz et des webinaires. Sur le terrain, l’organisme contactera 1 300 sociétés pour les aider à faire un diagnostic de leurs comportements routiers et en accompagnera plusieurs centaines dans la durée. Car, comme le souligne Marie Gautier-Melleray, déléguée interministérielle à la Sécurité routière, « il est important de mobiliser les entreprises et de les sensibiliser », afin d’éviter que quiconque ne meure en se rendant sur un chantier.

Grégoire Noble
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire