Image
v3
Image
v2

En Vendée, l’usine Cougnaud (groupe Lapeyre) favorise les circuits courts

Stéphane Vigliandi
Image
Fabrication de profilés PCV - Usine Cougnaud d'Aizenay (Vendée).

Implantée à Aizenay, en Vendée, le site industriel Cougnaud (filiale du groupe Lapeyre) multiplie les investissements et les démarches en faveur d’une production de menuiseries PVC plus écoresponsables. Début 2024, elle a ouvert sa propre recyclerie pour réintégrer dans ces process de fabrication certains éléments de cadres usagés.

Partager sur

Après plusieurs plans de modernisation depuis 2014, l’usine Cougnaud reste – sans doute – aujourd’hui l’une des neuf usines les plus modernes du groupe Lapeyre ; toutes implantées dans l’Hexagone. Entre 2014 et 2016, ce site vendéen (33 750 m²) a bénéficié d’un investissement de 3,5 M€. Et depuis mi-2021, plus de 12 M€ ont encore été injectés pour agrandir le site et moderniser les lignes de fabrication entre autres.

Revendiquant être « engagée dans une production toujours plus responsable », la marque de menuiseries industrielles PVC sur mesure rappelle aujourd’hui qu’elle « multiplie les démarches en faveur du respect de l’environnement et de la préservation des ressources ».

À commencer par la production et la transformation de son propre PVC. Dans un communiqué diffusé en milieu de semaine dernière, le fabricant illustre ses engagements en matière de RSE à la suite de la commercialisation de sa nouvelle collection Héméra depuis deux mois (voir encadré ci-dessous).

Cougnaud revendique recycler 100 % des chutes de matières premières pour les réinjecter dans le circuit de production ou les valoriser par des prestataires locaux.

PVC recyclé à 35 % en moyenne

Parmi les exigences que s’est fixées l’entreprise créée en 1971 ? Des approvisionnements en matières premières locales et durables. Pour ses achats, le site a ainsi privilégié la proximité : 90 % de ses fournisseurs amont sont français. Ce qui lui permet d’« être labelisé “Origine France Garantie” ».

En termes de matières premières recyclées (MPR), l’entreprise d’environ 400 salariés indique ainsi que « le PVC [constitué à 43 % de dérivés du pétrole – source : UFME : Ndlr] utilisé pour sa production est constitué, en moyenne, à 35 % de matière recyclée ».

Un pourcentage que Cougnaud estime « largement supérieur à la moyenne du marché » ; certains experts de la filière évoquant des seuils compris entre 20-25 % et un peu au-dessus des 30 %. Dans une courte vidéo de présentation de ses nouvelles fenêtres Héméra, le fabricant – membre de l’UFME (Union des fabricants de menuiseries) – annonce d’emblée la couleur : « Jusqu’à 79 % de PVC recyclé* : une exclusivité Lapeyre ». Voire.
* Avec 70 % de PVC recyclé, la production d’une menuiserie émet 60 % de gaz à effet de serre en moins. Chaque kg de PVC recyclé économise 2 kg de CO2 (source : UFME).

« En deux ans, nous avons diminué de 20% notre consommation d’électricité. Ce qui représente l’équivalent de la consommation annuelle de 500 foyers. Un audit énergétique a confirmé l’efficacité et l’exhaustivité des actions entreprises. »
Frédéric Despeyrou, directeur de l’usine Cougnaud

L’usine Cougnaud d’Aizenay (Vendée)

Image
Siège social de Cougnaud, Aizenay (85).

Sensibiliser l’interne à la sobriété énergétique

Début 2024, l’usine vendéenne a franchi un pas de plus en ouvrant  « un atelier de recyclerie pour extraire des cadres abîmés tous les éléments pouvant être réutilisés en production ». Des efforts qui vont jusqu’au recyclage des palettes de transport récupérées auprès des quelque 130 magasins Lapeyre en vue de leur réemploi (lire aussi notre article : Palettiser les menuiseries usagées).

À l’image de l’ensemble des entreprises du BTP entre autres, Cougnaud indique, lui aussi, avoir « multiplié les actions en faveur de la sobriété énergétique » : remplacement des équipements les plus énergivores, relamping, récupération de la chaleur lors des processus de production, etc. Autant de leviers qui ont d’ores et déjà permis de « réduire significativement la consommation électrique du site » d’Aizenay.

Des actions ont en outre été menées pour « repenser » la logistique. « Pour l’ensemble des neuf usines françaises, le groupe a centralisé ses expéditions de produits via des plateformes régionales chargées d’effectuer des livraisons groupées vers ses magasins », indique-t-on chez Cougnaud. Résultat pour la seule usine vendéenne ? « Plus de 250 camions » en moins sur les routes chaque année.

Une grande partie de ces mesures a d’ailleurs émergé en impliquant les équipes qui, fin 2022, ont participé à un événement interne baptisé “Le mois de l’énergie”. À la clé : des propositions et suggestions visant à « rationnaliser l’utilisation des équipements et d’économiser de l’énergie ».

Aujourd’hui, ces différentes mesures sont opérationnelles – et « de manière pérenne dans le fonctionnement du site », rappelle Cougnaud. Last, but not least : tous les ans, la marque organise des actions de sensibilisation à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement (le 5 juin). 

À propos de la nouvelle collection Héméra

Conçue et fabriquée à Aizenay, la gamme est constituée à 79 % de PVC recyclé et est recyclable à 95 %. Multi brevetée, elle affiche de bonnes performances en termes de confort d’été « en renvoyant 20 % de la chaleur extérieure et surpasse de 15% l’isolation thermique des fenêtres PVC standards ». Gain de lumière annoncé par rapport à une fenêtre PVC traditionnelle : jusqu’à 25 % grâce à un système de profilés extra-fins.

Stéphane Vigliandi
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire