Nexigen : le Nutriscore de Kloeckner Metals pour ses “aciers verts”

Stéphane Vigliandi
Image
Stocks d'acier Nexigen by Kloeckner Metals France.

Le producteur et distributeur allemand de produits métallurgiques (ex-KDI) vient de lancer sa nouvelle marque baptisée Nexigen. Matériaux, process industriels, logistique et services : cet écosystème vise à proposer des solutions à faibles émissions carbone sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Et accompagner les clients dans leurs achats écoresponsables.

Partager sur

À l’image des industriels du béton, de l’isolation ou des menuiseries entre autres, la filière de la sidérurgie a commencé à s’engager sur la voie de la transformation environnementale et de la décarbonation. À la rentrée 2022, le groupe Kloeckner Metals a ainsi annoncé la création de sa nouvelle marque Nexigen. Un nom qui n’est pas sans évoquer une nouvelle génération d’aciers et de métaux, mais aussi une exigence en matière d’environnement et d’économie circulaire*.

Mi-septembre, c’est d’abord la maison-mère basée à Duisbourg qui a livré – via sa filiale Becker Stahl-Service – les premiers lots d’acier Nexigen au constructeur automobile allemand Mercedes-Benz. Volume annoncé ? Aux alentours de vingt tonnes dans un contexte où les cours actuels de l’acier « reviennent à un niveau normal », soulignait le groupe lors de la récente publication de ses résultats du premier semestre 2022.
* Le 30 mars 2022, la Commission européenne a exposé les trois leviers de sa stratégie pour promouvoir l’économie circulaire en Europe : réparabilité, récupérabilité et réutilisabilité. Première filière concernée : d’abord l’industrie textile.

« D’ici à 2025, plus de 30 % de nos produits relèveront des deux classes d’acier les plus durables : Pro et Prime. »

De la mine aux hauts fourneaux

Pour sa part, Kloeckner Metals France a dévoilé le lancement de Nexigen la semaine dernière. Aciers transformés, aluminium, armatures, poutrelles, profils bâtiment ou encore tréfilés… : la nouvelle marque se définit comme « la prochaine génération de solutions “vertes” pour l’acier et le métal ».

Pour y parvenir, le grossiste indépendant a mis au point une classification basée sur « les besoins clients, les perspectives du secteur de l’acier, les moyens technologiques à disposition et sur le GHG Protocol [Greenhouse Gas Protocol] ». Ce protocole international permet de mesurer les émissions de gaz à effet de serre (GES) directes et indirectes selon des critères répartis en trois catégories : les scopes 1 (émissions rejetées lors de la production), 2 (l’énergie achetée et consommée) et 3 amont (la chaîne d’approvisionnement pour l’amont seul).

Image
Kloeckner Metals France - Empreinte carbone / Nexigen.

Concrètement, le dispositif Nexigen permet de catégoriser les aciers à faible teneur en carbone et les aciers “verts”. Sorte de Nutriscore, il fournit aux clients l’impact CO2 des produits achetés. Avec, au total, six niveaux indiquant « la véritable empreinte physique : de l’exploration minière à la production » (voir graphique ci-dessus).

Pas de greenwashing donc selon Kloeckner Metals ! Le groupe revendique d’ailleurs « la pertinence » de ses données grâce à des méthodes de calcul et des critères de classification « stricts ». Tout comme la nouvelle appli Carbon Tracker de Rexel, l’écosystème Nexigen doit permettre aux grands comptes et aux artisans de s’approvisionner en connaissance de cause. Et… « en toute transparence ».

Stéphane Vigliandi
Partager sur

Inscrivez-vous gratuitement à nos newsletters

S'inscrire